Archives de
Étiquette : Europe

Marche de la Loue

Marche de la Loue

L’événement a eu lieu le weekend du 22, 23 et 24 septembre 2017.

Pourquoi une « marche de la Loue » ?

Cette belle rivière est une rivière mythique. Autrefois baptisée la louve par les anciens, car elle pouvait devenir très rugissante suite aux fortes précipitations, elle est devenue « la Loue ». Elle a inspiré les plus beaux tableaux du peintre Courbet, et a fait venir les plus fins pêcheurs à la truite du monde entier. Aujourd’hui elle fait grise mine.

La lutte pour la protection de l’eau est mondiale, comme doit être la liberté de vivre sur les terres de ses ancêtres avec dignité et sécurité. Pour nos amis Amérindiens, c’est depuis l’arrivée des Européens une longue histoire de guerres, de massacres, de traités rompus, et aujourd’hui de dégradations de l’environnement.

— En Amérique du Nord, des Amérindiennes « porteuses d’eau » cheminent dans le but de sauver les cours d’eau victimes de la pollution. La porteuse d’eau prélève à la source du fleuve ou de la rivière de l’eau dans une cruche puis marche le long de la rivière pour la déposer à plusieurs kilomètres du point de départ et purifier ainsi le cours d’eau. Fawn et Zyanya font partie de ses gardiennes de l’eau et œuvrent selon les traditions de leur peuple. À l’occasion de cette fête exceptionnelle, une petite fille (d’environ une dizaine d’années) a été intronisée en tant que « porteuse d’eau ». Elle porte la charge (bien symbolique) de veiller sur la Loue.

Par cette marche symbolique nous avons voulons soutenir les autochtones américains et leur offrir l’occasion de nous expliquer ce qu’ils vivent et ce qu’ils souhaitent pour leurs peuples. Nous avons tous un rôle à jouer dans la sauvegarde de la planète et la préservation de l’environnement.

Avec nous le nombreux public qui nous a accompagné dans cette marche, le temps d’un week-end, a vécu des moments inoubliables.

Prières et invocation à l’eau :
Ô eau, Le long de tes méandres étroits, là où tu frappes le plus fort
Là où tu t’enroules le plus,
Là où tu t’adoucis,
Entre les mousses suintantes,
Fait que chaque impureté qui nous entrave soit balayée.