Manifestations contre un oléoduc à Standing Rock

Manifestations contre un oléoduc à Standing Rock

Dans la réserve de Standing Rock, les Amérindiens manifestent pour que les autorités bloquent la construction d’un pipeline pétrolier. Les autochtones veulent que les autorités fassent arrêter la construction de cet oléoduc qui devrait acheminer l’équivalent de 500 000 barils de brut par jour du Dakota du Nord à l’Illinois.

Dans le conflit historique qui oppose les natifs américains à la compagnie Dakota Access Pipeline (DAPL), les Indiens ne tolèrent aucun compromis à l’égard de l’exploitation de la « Terre Mère » à des fins industrielles, qui met en péril leur santé par la pollution de l’eau, comme leur spiritualité par la destruction de leurs sites sacrés funéraires et rituels.

Face aux manifestations d’Amérindiens révoltés le président Obama a suspendu la construction de l’oléoduc. L’entreprise responsable a aussi été invitée à suspendre ses projets dans les alentours.

Bien que la tribu se soit réjouie d’avoir pu faire entendre sa voix, l’arrêt de la construction n’est que temporaire. Avant l’initiative courageuse d’Obama, un juge fédéral donnait raison aux partisans du pipeline. L’intervention du Président ne sera pas suffisante et ce sera le tribunal fédéral qui devra prendre la décision définitive. D’autres manifestations sont attendues dans les mois à venir. Bernie Sanders, candidat pour l’élection présidentielle américaine de 2016, a rejoint le mouvement.

Dans une tribune publiée par le New York Times, David Archambault II, président de la tribu sioux de Standing Rock, a rappelé que les Amérindiens « ont toujours payé le prix de la prospérité américaine » : « Les Sioux ont signé des traités en 1851 et en 1868. Le gouvernement les a dénoncés avant même que l’encre ne soit sèche. »

ROBYN BECK via Getty Images
Des Amérindiens marchent vers un site funéraire sacré où les engins de chantier de Dakota Access Pipeline sont à l’œuvre. ROBYN BECK via Getty Images

Depuis le mois d’aout dans le Dakota du nord, au confluent de la rivière Cannonball et du fleuve Missouri les Sioux Lakota se dressent contre la réalisation d’un pipeline géant qui doit traverser leurs terres. Depuis ce moment des milliers d’amérindiens non seulement du peuple Lakota mais de toutes les nations amérindiennes des USA et du Canada ont bâti un camp de résistance appelé Oceti Sakowin. Depuis, la mobilisation s’intensifie et des peuples autochtones du monde entier viennent les soutenir.

En 1973 la résistance des Lakota s’était exprimée par le siège de Wounded Knee lieu du massacre de 1890. En 1973 l’AIM (American Indian Movement) appelé par les traditionalistes Lakota était venu à Wounded Knee pour lutter contre le gouvernement tribal corrompu de Dick Wilson et dénoncer les conditions de vie des indiens américains. Le siège armé dura 3 mois fit plusieurs morts deux parmi les militants de l’AIM et un parmi les marshals.

Aujourd’hui il s’agit d’une autre lutte et d’autres moyens de résister. Ce projet d’oléoduc menace l’équilibre écologique et surtout en cas de fuite de polluer l’eau potable de la région et tout le fleuve Missouri. De plus le tracé doit traverser des sites sacrés des Lakota. Le président du gouvernement tribal de standing Rock David Archambaud a décidé d’organiser la résistance à ce projet. D’abord portée par les Sioux Hunkpapa, les descendants du grand leader Sitting Bull, la lutte se développe rapidement et ce sont tous les Lakota, puis tous les amérindiens qui viennent soutenir le combat contre le pipeline. Un camp est organisé au confluent de la rivière Cannonball et du fleuve Missouri et c’est environ 10 000 « protecteurs de l’eau » comme ils se désignent eux-mêmes qui s’opposent à l’avancée du projet.

oceti_sakowin

Au cours du mois de septembre et d’octobre les forces de police du nord dakota et la milice privée du consortium pétrolier vont commettre des actes de violence contre les manifestants (gaz, chiens policiers, matraquages) et arrestations. Les Amérindiens et leurs amis ont décidé d’être non violents et leurs actions sont de rester sur place et d’organiser des blocages du chantier. Ces actions sont faites au son des tambours, des prières et chants traditionnels et le poing levé. Avec l’aide des réseaux sociaux la lutte des défenseurs de l’eau de Standing Rock s’est fait connaitre partout ce qui explique les nombreux soutiens et les arrivées de sympathisants sur le camp de « Oceti Sakowin » malgré l’état d’urgence proclamé par le gouverneur du Nord Dakota à Bismarck.

Des célébrités se joignent au combat des Sioux, Robert Redford, Léonard Di Caprio, Marc Ruffalo et surtout Shailene Woodley qui joue dans le dernier film d’Oliver Stone « Snowden » mais qui est surtout l’héroïne de la saga « Divergent ». Shailene a été arrêtée le 10 octobre dernier, libérée sous caution elle poursuit le combat aux coté des Sioux Lakota. Le président Obama a décidé de réagir tout d’abord en bloquant la construction du pipeline sur les terres fédérales qui bordent le fleuve Missouri. Malgré cela la Cour suprême a autorisé la poursuite des travaux sur les autres terres, ce qui a déclenché de nouvelles mobilisations des protecteurs de l’eau et de nouvelles violences de la part notamment des milices privées. Les Amérindiens poursuivent leurs actions non violentes en allant notamment à leur grande surprise, serrer les mains des forces de l’ordre décontenancées. Lors d’une des manifestations l’apparition d’un troupeau de bisons a soulevé l’enthousiasme des Amérindiens qui y ont vu un signe spirituel important pour soutenir leur lutte.

Ce qui se passe à Standing Rock au delà de la lutte est aussi un renouveau pour tous les Amérindiens toutes générations confondues, la jeunesse étant très mobilisée dans ce combat. Dernièrement Obama a proposé qu’une nouvelle route soit décidée qui évitera le Missouri et les terres sacrées des Sioux. Les combats sur le terrain et sur le plan judiciaire sont loin d’être terminés, plus que jamais les Lakota et leurs frères et sœurs de toutes les nations amérindiennes sont déterminées a résister ayant à leurs côtés de nombreux autres peuples autochtones (Aborigènes, Maoris, Lapons, Mongols, etc.) et des centaines de défenseurs de l’environnement.

Les amérindiens canadiens se sont aussi rassemblés à Toronto et au parc national d’Oka, près de Montréal, en solidarité avec la Première Nation sioux. Les manifestants répondaient à l’appel de la nation Mohawk de Kanesatake.

Nous devons les soutenir en diffusant l’information et notamment le fait que quatre banques françaises BNP, Crédit Agricole, Natixis et Société Générale participent au financement du pipeline aux cotés de Donald Trump.

Les medias suisses et français restent timides sur ce qui passe à Standing Rock à l’exception de Canal Plus dans l’émission l’Effet Papillon « du pétrole et des plumes » diffusée le 6 novembre 2016 et que vous pouvez retrouver sur le net.

Extrai émission L'effet Papillon Canal+ 6 novembre 2016
Extrait émission L’effet Papillon diffusée sur Canal+ le 6 novembre 2016

« Mni Wiconi » l’eau c’est la vie. 170 ans après le début de l’invasion de leurs territoires, les Sioux Lakota sont toujours vivants, debout et prêts à défendre leurs terres et l’eau, désormais en première ligne avec tous ceux et toutes celles qui luttent pour un monde plus juste et moins destructeur de l’environnement.

Les commentaires sont clos.