DANS LE CERCLE DU POW WOW.

DANS LE CERCLE DU POW WOW.

Dans le cercle du Pow-wow « de l’Univers agit selon des cercles et que toute chose tend à être ronde. Dans l’ancien temps, lorsque nous étions un peuple fort et heureux, tout notre pouvoir venait du cercle sacré de la nation, et tant qu’il ne fut pas brisé, notre peuple a prospéré. L’arbre florissant était le centre vivant du cercle et le cercle des quatre quartiers le nourrissait. . Vous avez remarqué que toute chose faite par un Indien est dans un cercle parce que le pouvoir est le cercle . L’est donnait la paix et la lumière, le sud donnait la chaleur, l’ouest donnait la pluie et le nord, par ses vents froids et puissants, donnait force et endurance. Cette connaissance nous vint de l’outre monde avec notre religion. Tout ce que fait le pouvoir de l’Univers se fait dans un cercle. Le Ciel est rond et j’ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle et que toutes les étoiles le sont aussi. Le vent, au sommet de sa fureur, tourbillonne. Les oiseaux font leur nid en cercle parce qu’ils ont la même religion que nous. Le soleil s’élève et redescend dans un cercle. La lune fait de même et tous deux sont ronds.

Même les saisons forment un grand cercle dans leurs changements et reviennent toujours où elles étaient. La vie de l’homme est dans un cercle de l’enfance jusqu’à l’enfance et ainsi en est-il pour chaque chose où le pouvoir se meut. Nos tipis étaient ronds comme les nids des oiseaux et toujours disposés en cercle, le cercle de la nation, le nid de nombreux nids où le Grand Esprit nous destinait à couver nos enfants. » – Black Elk (cité dans Pieds nus sur la terre sacrée)

Les danses qui accompagnent le pow-wow sont un témoignage spectaculaire à la culture autochtone. Elles varient grandement selon la région de leurs origines et selon qu’elles sont exécutées par des hommes ou des femmes. Il nous faut retenir que toutes les danses, y compris celles des peuples d’Amérique du Sud, ainsi que les chants et les musiques qui les accompagnent (tambour pour l’Amérique du Nord), comme l’ornementation (régalias, coiffes et objets) sont tous des éléments sacrés de la célébration, conçus non seulement pour divertir, mais également pour raconter d’importants récits sur leur histoire et leurs sociétés.

Au Rythme du tambour les danseurs pénètrent dans l’arène (lieu concentrique où se tiennent les danses et cérémonies) à partir de l’est, en marchant toujours en direction du soleil. De par sa construction cet instrument réunit toutes les forces végétales et animales, sa forme représente le cercle de la vie, et le son le battement du cœur de la terre-mère. La fabrication du tambour fait l’objet d’une grande attention.

Le tambour est personnalisé, il reçoit un nom. L’égard qu’on lui porte est toujours accompagné d’un traitement rituel bien précis : Il est transporté et manipulé d’une façon particulière, il ne touche jamais le sol et doit être posé sur une couverture, il reçoit avant son utilisation des offrandes de tabac. Tous les joueurs de tambour et chanteurs doivent connaître le protocole à suivre avant de s’asseoir. Le tambour est le seul instrument joué pendant les danses.

L’arène ou plutôt le cercle de danse n’est pas seulement un espace consacré par les prières et les purifications rituelles, c’est un lieu de connaissance où les danseurs et les musiciens vont vivre une épreuve humaine et spirituelle hors du commun. Certains participants racontent y avoir fait l’expérience d’une plus grande tolérance vis-à-vis des autres, de visions mystiques, de sentiments d’euphorie, et d’une certitude de faire partie d’une chorégraphie à laquelle participe l’univers tout entier.